Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Blog de Mika

Pensées philosophiques, science, biographiloscience et humanité. Qu'est-ce que la Conscience, l'Univers ? Ce blog mêle les deux en même temps. J'y ajoute mon vécu sur des expériences de l'esprit, ainsi que des poèmes universels, des rencontres, de l'amour, de la musique et des chansons. Bienvenue, Michaël

Etablissement Public de Santé Mentale de La Roche sur Foron : l'incohérence permanente.

Bonjour à toutes et à tous,

A force de faire des allers-retours à l'EPSM de La Roche sur Foron, en Haute-Savoie, j'ai fait, en 4 ans, à peu près tous les services.

Tout est en incohérence dans cet hôpital. Rien n'est fait de la même façon d'un service à l'autre.

Au Brévent, par exemple, les "patients" sont quasi enfermés 24/24, sans accès possible à l'extérieur. Il y a un patio bétonné entièrement pour pouvoir fumer, sans accès possible à la terrasse extérieur, pour celles et ceux qui sont mis dans ce service sous contrainte. Les soignants sont toujours dans leur bureau, et quand on demande un service, il faut patienter parfois entre 1 à 2 heures pour avoir ce service. On supprime pratiquement tout aux patients ; téléphone, ordinateurs, sortie en dehors du service. C'est bien le pire endroit où j'ai été dans tout l'hôpital. Certains "patients" passent leur vie à l'hôpital. J'en connais deux qui sont là, enfermé dans le service, depuis plus de 7 ou 8 ans, et rien n'est fait pour leur faire retrouver une vie à l'extérieur.

Au service des Aravis, nous avons le droit de téléphoner seulement entre 17h et 18h15. Je ne vous raconte pas dans quelle galère sont les "patients" quand ils souhaitent appeler leur famille, curateur... Et les appels sont souvent limités à quelques minutes. J'ai dû attendre, à l'époque où j'y étais, près d'une semaine, avant de pouvoir enfin appeler ma curatrice, en après-midi vers 14h.

Au Bionnassay, service où je suis "placé" depuis bientôt une semaine, c'est soit-disant un "service de sortie", mais les "patients" sont là depuis souvent plusieurs années. Beaucoup on de lourds handicaps physiques et retards mentaux, et je suis effaré de voir certains "patients" avoir des "fiches de comportement", alors qu'ils sont pour la plupart assez déficients.

Seul le service des Rives du Léman est, à mon sens, le meilleur service, dont sont originaires de Thonon-les-Bains, pratiquement tous les soignants, depuis la fermeture en février dernier, de l'hôpital psychiatrique de cette ville. Les soignants sont toujours disponibles, sympas, discutants, on attend à peine 30 secondes quand on tape à la porte du bureau infirmier. De plus, la diététicienne a été d'accord pour établir des repas avec 3 choses différentes dans les assiettes lors des repas : viande, poissons ou volailles, légumes ET féculents. Dans tous les autres services, c'est légumes OU féculents, pas les deux.

Et parlons de la nourriture qui est très bas de gamme. Les légumes bouillis tous les jours, le pain à moitié rassis dès midi, les 3 même sortes de soupes qui tournent en boucle tous les soirs depuis Mathusalem, les fruits pas assez mûrs... C'est une véritable catastrophe sur tous les points. Mais je vous l'accorde, c'est l'hôpital et pas Bocuse. En plus, tout les plats sont servis dans des bacs en plastiques sous vide, tout part à la poubelle ensuite, sans aucun tri, bonjour l'écologie !

Et maintenant, je vais vous raconter ma toute dernière anecdote sur cet établissement : les certificats de complaisance.

Je suis resté au Rives du Léman près de 2 mois et 3 semaines, sous contrainte. Mes 5 ou 6 psychiatres (tous différents, car tous en intérim (ils ne sont pas fichus de trouver 2 psychiatres fixes)), on toujours écrit sur leurs différents certificats et courts comptes rendus, que je n'étais pas stable. Il a fallu que le docteur A dise au docteur B, que pour passer au Bionnassay, je ne devais plus être sous contrainte. Et là, comme par hasard, le docteur B a écrit sur son dernier certificat que j'étais stable, me libérer de la contrainte, et passer en service libre. Je vous ferai une copie de ce dernier certificat prochainement.

De plus, le personnel m'a interdit de citer les noms des soignants et "psychiatres", sur mon blog. Je dis tellement de choses vraies sur tout ce qui m'arrive, qu'ils ont peur pour eux. Mon smartphone m'a même été confisqué plusieurs jours par la cadre du service, parce que j'avais cité les noms du docteur T et du docteur P.

Tout comme l'année dernière, lorsque que j'ai filmé l'intérieur du CMP et mon "psychiatre" en direct sur Facebook, et que ce dernier m'a de nouveau fait enfermer. Heureusement, j'ai été libéré de ma nouvelle contrainte, par la juge des libertés et de la détention, qui avais trouvé totalement trouvée cet internement de force totalement abusif. J'avais alors écrit un article complet sur ce blog, en citant le nom du docteur S, et la directrice de l'EPSM a quasi porté plainte contre moi. J'ai dû tout effacer sous menace.

Oui, je leur suis dangereux, car j'écris régulièrement ici pour dénoncer tout ce qui se passe dans les "services psychiatriques".

Aucune thérapie alternative à la psychiatrie n'est réellement proposé dans ce genre d'hôpitaux. Tout au plus, il y a quelques psychologues et ergothérapeutes, mais ces derniers ne sont pas très compétents. Je me rappelle avoir dû jouer plusieurs fois au "Petit Bac" en ergothérapie, au service de l'USIP.

Les jeux sont très limités : Scrabble (mais la plupart des "patients" ne font que des mots de 4 ou 5 lettres maximum), Puissance 4, l'éternel Rummikub et 2 jeux de cartes.

Parlons aussi de leurs "bibliothèques" : des romans que personne ne lit tellement ils sont pour 95% inintéressants, des magazines qui traînent depuis 10 ans dans les services...

Enfin bref, l'EPSM de La Roche sur Foron, je leur donne 4 sur 10 de moyenne générale.

Une chose est pourtant sûre, les soignants expatriés de Thonon sont bien mieux que tous ceux de La roche réunis. Leur façon de travailler est différente, et quelques cours de leur part ne serait pas de refus.

Je termine en vous disant qu'aujourd'hui, j'ai encore fait un nouveau test pour savoir si je suis Haut Potentiel ou autre chose, et bien, j'ai éclaté le score et il est dans mon intérêt que je passe enfin mon bilan neuropsychologique pour me sortir définitivement de tous les "traitements" qu'on m'a imposés de force depuis 4 ans. Tout cela, parce que je me suis subitement retrouvé à la rue en juin 2018, et que ma mère n'a rien trouvé de mieux à faire que d'appeler les pompiers et la gendarmerie, alors que je lui demandais de m'héberger. Elle a signé une contrainte, et depuis c'est l'enfer ! Je n'avais aucun problème psychologique à ce moment là. C'est mes sevrages brusques qui 'mont totalement mis en l'air à chaque fois, quand je sortais de l'ĥôpital. Depuis, on m'a imposé les injections !

Je sors ce mercredi 29 juin de l'EPSM, mais je suis tenu d'y revenir 2 jours et 1 nuit par semaine, dès la semaine suivante, pour une durée que je ne connais pas encore.

Mon tort est d'avoir consommé du cannabis depuis 2 ans, ce qui a entraîné de très courtes décompensations de quelques jours, qui m'ont toujours ramené à l'hôpital. J'arrête donc définitivement ma consommation.

J'ajoute que je viens tout juste de faire un nouveau courriel au juge des tutelles, en vue, je l'espère, de faire lever ma curatelle renforcée. C'est très contraignant de devoir tout payer en liquide et de ne pas avoir de carte de paiement, notamment pour faire des achats sur internet.

A bientôt,

Michaël

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article